~ Reading ~

Ceux d’entre de mes lecteurs qui me connaissent IRL savent. Ils savent à quel point lire fait partie de mon identité, ma personnalité, ma construction personnelle et continuelle. Mon Processus d’Amélioration Continue, pour utiliser le jargon business. Je lis tout le temps, partout, dès que j’ai 5 minutes. J’ai du mal à résister à un challenge de lecture, à ne pas ouvrir la boîte à livres rencontrée sur mon chemin,  ne pas emprunter d’autres livres à la médiathèque, ou même simplement à ne pas ouvrir immédiatement un livre qu’on me donne. Ce n’est pas comme si je n’avais pas de multiples piles de livres à lire partout chez moi. Et ce n’est pas non plus que je ne les lis pas, c’est juste que la vie réelle, celle ou je travaille, j’élève des enfants, je fais des Trucs plus ou moins utiles et plus ou moins plaisants au quotidien, cette vie-là se met en travers de mon objectif ultime : lire tous les livres.  Pas juste tous les livres en ma possession, que les choses soient claires. Non, lire TOUS les livres. Alors, ok, pas tous les livres du monde. Pas tout à fait.

Il y a quelques années, aux alentours de mes 40 ans, en prenant conscience que j’étais probablement environ à la moitié de ma vie, si je ne me fais pas renverser par un bus trop tôt, et si je ne vis pas 120 ans, j’ai réalisé deux choses :

– je n’arriverai pas à lire TOUS LES LIVRES
– la vie est trop courte pour lire des livres nuls/mal écrits/qui ne m’intéressent pas

Du coup, ça m’a permis d’arrêter de me forcer à lire un livre jusqu’au bout, sous prétexte que je l’ai commencé. Mais en contre-partie, ça m’a brisé le coeur parce que je n’y arriverai pas. Il y aura tout un tas de livres que je n’aurai pas le temps de lire, et aussi une multitude de livres dont j’ignorerai jusqu’à l’existence. Il y a aussi tous ces livres que j’ai lus, trop jeune, dans la librairie de ma tante, toute mon enfance et mon adolescence, et qu’il faut que je relise, car j’étais trop jeune pour pleinement m’enrichir de leur contenu, parce que je ne suis plus la même personne aujourd’hui que lorsque j’étais ado, ou jeune adulte (ce qui entraîne l’effrayante réflexion que je ne serai pas la même personne à 60 ans ou à 80 ans, non plus, et est-ce qu’il faudra que je relise les livres lus, pour les percevoir pleinement à ce moment-là?) ou alors je sais que je les ai lus mais j’ai oublié. Bref, j’ai de vrais problèmes, comme vous pouvez le constater.

Donc, je lis. Avidemment. Et comme j’aime les listes et les challenges personnels, je fais trois challenges en ce moment.

1. La BBC a classé les 100 livres qu’il faut, selon eux, avoir lus avant de mourir. Cette liste vaut ce qu’elle vaut, elle est (forcément) très axée littérature anglo-saxonne, et il manque des dizaines d’œuvres et d’auteurs à cette liste, mais ce n’est peut-être pas super grave en fait. J’avance dans cette liste, petit à petit, mais je n’arriverai jamais à 100/100, ne serait-ce que parce que il y en a certains que je ne lirai pas (cf ma résolution de ne plus lire de livres que je n’ai pas envie de lire, et du coup, GROS COMING OUT : je n’ai strictement aucun intérêt pour Harry Potter, déso pour les fans, mais je n’accroche absolument pas. C’est comme ça et c’est pas grave non plus.)(j’espère que vous n’êtes pas trop horrifiés par cet aveu.)

2. Il y a 5 ans, j’ai découvert l’application GoodReads, qui propose de se fixer un objectif d’un nombre de livres à lire chaque année. Mais quelle riche idée, me suis-je immédiatement dit. Je vais fixer, au hasard, un objectif de 100 livres. Parce que je lis beaucoup, et j’aime lire, et quand j’étais ado je lisais parfois un livre par jour. Mwahahahahaha. Je ne suis plus ado, et cette année-là, pour ajouter du piquant à ma life, j’ai eu un bébé. Qui n’a pas dormi plus de 2 heures d’affilée toute cette année. Alors, mon objectif, comment vous dire? J’ai lu 4 livres, cette année-là. Du coup, l’année d’après, je me suis dit que peut-être j’avais été un peu optimiste, alors j’allais me fixer un objectif plus réaliste : 50 livres. J’en ai lu 26 en réalité. Puis l’année d’après, 46. Et l’an dernier, 70. Alors en 2021, je me suis fixé l’objectif totalement raisonnable de 70 livres, et j’en suis à 94. Vous vous doutez bien que je vise les 100 avant le 31 décembre, à ce stade de mon affaire. Verdict dans 12 jours!

3. Cet été, avec une amie qui est également bookaholic, nous discutions pandémie, comme tout le monde depuis deux ans, et je lui disais que j’avais commencé à lire sur le sujet de l’unique pandémie relativement récente dont j’avais entendu parler, la Grippe Espagnole, afin d’essayer de voir et comprendre ce concept avec un peu de recul, et aussi me cultiver sur un sujet dont finalement je ne connaissais que le nom. Je lui faisais la remarque que j’étais assez surprise de ne pas avoir étudié le sujet à l’école, et constater qu’il y avait finalement assez peu de documentation/littérature grand public sur le sujet. Du coup, comme nous sommes toutes deux des cramées de la tête, et qu’on sait s’amuser comme des folles, on s’est lancé le défi d’en apprendre plus sur ce sujet. Nous avons donc commandé 6 livres sur le sujet, qui devaient impérativement avoir été publiés pré-Covid, pour ne pas être « influencés » par l’actualité mondiale, et qui pouvaient être de la fiction ou non. Elle en a pris 3, j’ai pris les 3 autres, et ensuite nous avons échangé. Il m’en reste 2 à lire, et c’est absolument fascinant, pour info. L’humanité ne change pas, et tout ce qui arrive en ce moment est déjà arrivé, était complètement prévisible et prévu par les spécialistes du sujet, et arrivera à nouveau, encore et encore. Visiblement, il n’y a pas que nous qui devrions lire le passé pour comprendre le présent et ne pas reproduire les erreurs du passé dans le présent et le futur, mais je crois que les Gens qui Décident de nos Destinées sont trop occupés à se regarder le nombril et courir après le pouvoir et l’argent (oui, je sais, ce sont des synonymes), et que du coup ils n’ont pas le temps de s’occuper de l’Intérêt Général. Mais je digresse, et même pas en rêve je vais lancer des débats ici, merci bien.

Revenons à nos moutons. Je lis, encore et encore, et je n’ai aucune intention d’arrêter.
J’ai également crée un BookClub avec des amies, en 2019. Bon, la fameuse pandémie a mis un terme à nos réunions mensuelles assez rapidement, mais nous venons de reprendre, le mois dernier. En 2019, chaque mois, nous lisions toutes le même livre, et nous retrouvions autour d’un apéro dinatoire pour discuter dudit livre. C’était sympa, y avait des chips et du vin, on a lu tout un tas de livres super intéressants, et discuté desdits livres et autres sujets. Depuis la reprise, nous avons changé le concept, et nous apportons chacune les livres que nous avons lu dans le mois. On les présente aux autres, on dit ce qu’on a aimé ou non et pourquoi, éventuellement on se les prête, et cela permet de lire d’autres choses, découvrir d’autres auteurs, d’autres styles.
Quand nous nous sommes retrouvées le mois dernier, j’ai donc présenté mes différentes lectures du mois, qui se trouvaient être globalement Grippe Espagnole, Esclavagisme, Mort, Ségrégation, toussa toussa.
Apparemment, les Gens Normaux lisent des trucs qui font plaisir, qui apportent de la joie, de l’espoir, permettent de se changer les idées, et je ne serais donc pas un Gens Normaux (hahahaha SANS BLAGUE). Mes amies se foutent donc de moi +++, avec mes lectures déprimantes à souhait, et elles n’ont pas totalement tort. Certes, j’ai la ferme intention de continuer de m’éduquer sur les sujets sombres, quels qu’ils soient, mais peut-être que je pourrais également lire des trucs pas totalement glauques une fois de temps en temps. Du coup, elles doivent me prêter des livres joyeux, mais en attendant, je rumine ce sujet.

Il est communément admis que la Vraie Littérature, c’est rarement joyeux. C’est mieux quand il y a des orphelins, des guerres, des âmes et des destins brisés, et SURTOUT, pas de Happy End, parce que c’est pour le bas peuple, et que les Vrais Intellectuels ne donnent pas dans la joie et la légèreté, le Feel Good c’est pour la plèbe voyons. Comme tous les clichés, celui-ci n’existe que parce qu’il est globalement basé sur une (grosse) part de réalité. Mais j’essaie de ne pas accepter les clichés, et ouvrir mon esprit aux autres possibilités. Et figurez-vous que je n’arrive pas à trouver de livre vraiment bien écrit, intelligent, intéressant et HEUREUX.

 

 

Mon objectif de lecture 2022 sera 100 livres, bien sûr, mais j’aimerais qu’une partie au moins de ces livres soient heureux. Sachant qu’il faut ABSOLUMENT que ce soit bien écrit, et de préférence pas trop romantique, parce que j’ai une patience extrêmement limitée pour ces livres avec des tas de célibataires merveilleusement beaux et intelligents et riches et cultivés à chaque coin de rue, qui n’attendent que l’Amour, qui se trouve être cette célibataire merveilleuse qui vient d’ouvrir un salon de thé dans cette petite ville du bord de mer (dans la vraie vie, les célibataires riches et beaux et intelligents sont soit mariés, soit ils mentent).

Alors je me tourne vers vous, les gens. Ceux d’entre vous qui lisent, et qui lisez avec les mêmes critères que les miens, pouvez-vous me donner vos recommandations?

One Reply to “~ Reading ~”

  1. […] Lire. Ma raison d’être, je crois. Pour moi, il s’agit d’une expérience globale, j’aime tenir le livre dans mes mains, sentir son odeur, son poids. Être tellement plongée dans une histoire que les personnages restent avec moi pendant des jours, voire des années. […]

Laisser un commentaire